Mon premier vol

A 26 ans, je n’avais encore jamais eu l’occasion de partir dans les airs. Et puis voilà qu’on nous propose de venir passez le nouvel An en Bretagne. Après un rapide calcul du trajet depuis Mulhouse, nous nous sommes rendu compte que le moins cher restait l’avion. Moins cher, plus rapide…
J’avais envie de revenir sur cette première expérience. Quelle compagnie nous avons choisi ? Pourquoi ? Comment j’ai supportée le vol ? C’est des questions qui sont revenues assez régulièrement. De mon côté, je me posais également des questions concernant le transport de mon appareil photo et ce genre de détail.

La compagnie d’avion.

Ici, l’aéroport le plus proche de chez nous c’est celui de Bâle/Mulhouse. Malheureusement, nous n’avions pas trouvés de direct Mulhouse / Rennes, nous avions à chaque fois un changement à Paris. Nous avons donc regardé avec l’aéroport de Strasbourg (Entzheim plus exactement). Par chance nous sommes tombé au moment où ils venaient d’ouvrir une ligne direct Strasbourg / Rennes ! C’est avec la compagnie Air France et les services Hop!. Nous avons préféré mettre le prix et partir sereinement.

Avion Hop! - Mon premier vol

Le choix des bagages.

Nous sommes mine de rien assez minimalistes. L’objectif était simple, partir 4 jours avec que 2 sacs à dos. L’un consacré aux vêtements et l’autre, consacré à tout le matériel électronique (ordinateur portable, appareil photo, chargeurs, disque dur externe…). Nous avions droit à 12kg chacun en cabine et à 23kg en soute.

Autant dire que l’objectif a été réussi ! Dans un sac à dos type Eastpak, nous avons réussi à faire tenir nos vêtements ! L’affaire semblait compliquée à la préparation du sac, mais finalement avec la bonne technique de pliage c’est passé sans problème !

Mon erreur de débutante : je roulais les habits. C’est vraiment le truc à ne pas faire car effectivement ça prends une place encore plus importante dans le sac.

Concernant les produits de soins, nous nous sommes rendu compte la veille que nous n’avions pas les flacons ni le sac conseillés par Air France. A savoir des flacons transparents de 100 ml max et, un sac transparent respectant certaines dimensions.
Tant pis, après tout c’était dans de la famille que nous partions (ça ne pose généralement pas de soucis pour prêter les gels douche etc). Ce sera néanmoins un investissement qu’il faudra que l’on songe à faire pour nos futurs vols.

Viens le passage de l’électronique. J’avais pris soin d’enlever l’objectif de mon appareil photo (Canon EOS 1300D), de lui remettre ses caches, d’enlever la carte SD et, j’avais laissée la batterie à l’intérieur de l’appareil photo. Connaissant la durée de vie de ma batterie, je l’ai chargée la veille du départ ainsi, je n’avais pas besoin de prendre mon chargeur ni ma batterie de secours. Je n’ai eu aucun problème lors des contrôles avant l’embarquement et, j’ai pu garder mon appareil photo en cabine. Un grand soulagement, c’était la partie qui m’angoissait le plus !

Dans l’avion.

Il faut savoir que j’ai quelques problèmes auditifs qui font que normalement je devrais être appareillée. De ce fait, j’avais peur qu’avec la prise d’altitude je ne supporte pas le décollage et, l’attérrissage. De plus, je ne peux pas manger de chewing-gum ou de bonbons qui collent trop au dents… Tu sens mon instant de panique ?

Bref, pour ce premier vol, nous avons été changés de places à la dernière minute et, nous nous sommes retrouvés à côté des réacteurs de l’avion. Autant te dire que mes oreilles n’ont pas beaucoup aimées. Le pilote nous prévient du départ sachant qu’il avait reçu l’ordre de ne pas décoller avant 10h53. Un petit tour de piste me permet de m’habituer aux premières sensations, puis Nicolas me dit de bien me caler dans le siège. Le temps d’exécuter que l’avion décolle d’un coup ! Légèrement plaquée à mon siège suite à la force du décollage, je sens un léger mal de tête surgir, j’ai pu sentir le choc au niveau de mes oreilles qui ont été bien surprises. Une fois la première couche de nuage de passée, le mal de tête s’en va également, mes oreilles se débouchent, je peux continuer à profiter d’être là-haut. La vue était bonnement magnifique. Je pense n’avoir jamais rien vue d’aussi beau comme paysage.

Il faut savoir que notre vol dure 1h à 1h30. Partis à environ 10h55 de Strasbourg nous sommes arrivés vers 12h05 à Rennes. Nous avons eu le droit à quelques turbulences, c’était assez « marrant » de voir les mouvements de l’aile (même si ce n’était pas forcément toujours rassurant non plus). J’ai appréciée que le pilote nous prévienne un peu à chaque fois quand nous allions passer une zone de turbulences. Cela me permettait de préparer un peu mes oreilles à tout ça.
L’attérrissage s’est parfaitement bien passé de mon côté !

Le retour.

Autant te dire que pour le vol retour, j’appréhendais le décollage suite à ma première expérience. Et bien figure toi que le vol retour s’est déroulé à merveille (si nous oublions nos 15-20min de retard). Mon corps a très bien réagi à ce second vol et, nous n’avons eu aucun problème avec nos bagages. J’ai pu continuer de profiter de ses vues magnifique que nous offre ce moyen de locomotion et, j’ai hâte de pouvoir remonter là-haut ! Je n’appréhende plus du tout le vol pour quand nous pourrons partir au Canada ou au Japon !

Dans les nuages - Mon premier vol

schMarine

Diplômée en électrotechnique. Associée à l'entreprise https://edi-elec.fr. Passionnée de culture, de nouvelles technologies, et de beaucoup d'autres choses, ms-smileandblog me permet de m'exprimer "librement" sur les sujets qui me parlent actuellement. Pour me contacter : contact@ms-smileandblog.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :